Despérado ou trou noir affectif ?

images (89)

 

Nous recherchons toutes la stabilité en nous liant à une personne au point parfois à faire le mauvais choix, d’en prendre conscience mais de continuer dans sa chute jusqu’à tomber au plus bas pour enfin ouvrir les yeux.
L’être humain a parfois besoin de vivre des évènements douloureux afin d’accepter la réalité et pouvoir ensuite avancer.
L’important est de rester forte, de relativiser et de lâcher prise; de lâcher la liane comme le dit si bien Pascale Piquet dans son ouvrage : « le syndrome de Tarzan » et ne plus s’attacher à une personne qui finalement n’est pas faite pour vous et qui vous rend malheureuse.
Lâcher cette liane peut laisser des traces aux mains certes je le conçois mais cela en vaut la peine parce qu’une chute non préparée est beaucoup plus torturante et affligeante.
La souffrance sera quoi qu’il en soit présente mais tout dépend de sa préparation.
Je pense fermement que derrière chaque mal il y a un bien et j’en suis convaincue.
Continuer de combattre une volonté divine, qui finalement est une préservation de sa part, est peine perdue et surtout un combat inutile, qui n’amène que vers une douleur amère.

images (88)
Pascale Piquet dans son ouvrage, nous parle des despérados et des trous noirs affectifs.
Il est important de se rendre compte qu’il existe deux types de personnages.
Les Despérado, sont ceux qui se remettent toujours en question, parfois trop, au point de se faire du mal et qui, lorsque la goutte d’eau aura fait déborder le vase auront la force de demander de l’aide auprès de personnes à l’écoute et ayant un point de vue juste. C’est une personne qui donne de l’affection sans compter, qui s’oublie et qui cherche quelque part à « sauver » la personne qu’elle aime en pensant pouvoir la changer dans le bon sens du terme en lui accordant toute son attention, à se couper des autres pour lui, à être très patiente, etc.
Le despérado peut aller jusqu’à sa propre destruction s’il ne réalise pas sa dépendance affective liée à l’autre.
Le trou noir affectif, lui, est coupé de ses émotions, il a du mal à faire un travail intérieur et reste sur sa position. Il pense souvent à lui avant tout et n’hésite pas à tout exiger sans jamais donner en retour aussi affectivement que dans d’autres domaines. Il n’est pas reconnaissant et abuse de la gentillesse et de l’attention qu’on lui apporte.
Il est très utile de noter que l’amour doit se baser sur la réciprocité, la confiance et un équilibre profitant aux deux.
Les despérados ou les trous noirs affectifs sont des névrosés qui avec l’aide d’un thérapeute par exemple ou un travail personnel sur soi peuvent guérir et enfin avancer.
La clé pour sortir de ce gouffre est de s’aimer, se respecter, d’être indulgent envers soi-même, de se donner la chance d’améliorer son estime de soi et de reconnaître ses valeurs et surtout d’arrêter d’attendre que de la reconnaissance des autres.
Vous êtes forcément une bonne personne, fouiller en votre intérieur, laisser évacuer le négatif et reprogrammez-vous de la meilleure façon qu’il soit : le positivisme, la reconnaissance de soi.
De nombreux outils existent pour voir sa plante intérieure fleurir comme par exemple penser aux phrases positives chaque jour, lister ses qualités parce que à coup sûr vous en avez, prenez des moments pour soi (sport, relaxation, des activitées qui vous plaise etc.).
Franchement pourquoi après tout se rendre malade pour une personne qui ne vous estime pas à votre valeur.
N’attendez pas de lui de vous voir grandir, faites le vous-même et prouvez-vous que vous pouvez le faire !
Affectueusement
Hayat B.
Tous droits réservés